Fonds euros : les assureurs sommés de puiser dans leurs réserves au titre de l’année 2023

Fonds euros : les assureurs sommés de puiser dans leurs réserves au titre de l'année 2023
© stock.adobe.com

Les marchés obligataires sont repartis de l’avant, les assureurs devraient avoir les coudés franches pour redistribuer ces provisions aux épargnants.

Publié le , mis à jour le

Désormais, les assureurs ne peuvent plus effectuer des transferts de plus-values entre les fonds euros proposés en Assurance-Vie et ceux équipant les PER assurances. De même l’étanchéité des fonds euros vers l’eurocroissance a été de nouveau affirmée. Avec la remontée des marchés obligataires, les assureurs devraient avoir les coudées franches pour pouvoir desserrer le cordon de ces réserves empilées au fil des années.

Puisez dans vos réserves !

Comme chaque fin d’année, au mois de novembre, l’ACPR recommande aux assureurs de piocher dans leurs réserves, afin de lancer cette redistribution tant attendue. Les réserves s’empilent, mais, à la différence des années précédentes, les rendements des nouvelles lignes obligataires sont en forte progression. La période n’est donc pas à une accumulation supplémentaire des réserves. C’est d’autant plus important que l’écart de rendement entre les vieux fonds euros et ces jeunes fonds euros lancés en 2023 seront importants, probablement de l’ordre du simple au double. Par ailleurs, des publications attractives de performances des fonds euros au titre de l’année 2023 pourrait redonner de l’attractivité à ce placement. Les derniers mois faisant état d’une décollecte, liée non pas à un fort affaiblissement des versements, mais à une augmentation des demandes de rachats et/ou de dénouements.

Entre vieux fonds euros moribonds et nouveaux fonds euros

Comme chaque année, les assureurs vont pouvoir se livrer à de savantes compositions afin de publier les rendements de leurs fonds euros. La tendance est évidemment à la hausse des rendements, même pour les fonds euros les plus mauvais du marché. Toutefois, cette année particulièrement, avec l’envolée des rendements des obligations souscrites en 2023, les jeunes fonds euros, ayant toute latitude pour investir, sans encours d’obligations peu rentables, vont largement surclasser le marché. Le seuil des 4% sera proposé par plusieurs fonds euros. D’autres proposaient un taux minimum garanti de 3% sur 2023, c’est dire que l’écart avec les fonds euros moribonds sera de l’ordre de 200 points de base.

Un manque de transparence évident sur la redistribution des bénéfices

Les provisions pour participation de bénéfices ne cessent d’augmenter d’années en années. Par ailleurs, le taux de redistribution peut varier du simple au double entre les compagnies d’assurance.

Fonds euros en ASSURANCE-VIE : Provision de participation aux bénéfices (PPB) par assureur à fin 2022
TOP Assureurs-Vie PPB en % des encours en fonds euros Montant PPB en millions d’euros
🥇1 CREDIT AGRICOLE ASSURANCES (PREDICA/SPIRICA) 5.70 % 12 000 M€
🥈2 BNP PARIBAS CARDIF 6.78 % 5 700 M€
🥉3 MACSF EPARGNE RETRAITE 4.42 % 931 M€
4 CARAC 5.94 % 534 M€
5 ABEILLE ASSURANCES (AFER) 0.81 % 326 M€
Liste présentée triée par montant des PPB par assureur Liste des PPB par assureurs, données à fin 2022. (Source des données : communications des assureurs et mutuelles)

Depuis le 1er janvier 2023, les provisions pour participation aux bénéfices des fonds euros ne doivent plus être cumulés entre l’assurance-vie et l’épargne retraite, les fonds euros épargne retraite étant obligatoirement cantonnés.

Des épargnants captifs

Le piège de l’assurance-vie est que les épargnants finissent le plus souvent captifs de leur choix initial. Une fois embarqués sur un contrat d’assurance-vie qui se révèle être moribond, cela leur apparaît comme difficile d’accepter de demander un rachat total afin de repartir sur de meilleures bases. Après quelques années, le but étant d’atteindre ce sacrosaint seuil des 8 années afin de bénéficier de l’abattement fiscal. Pour une partie d’entre eux, cet abattement ne servira strictement à rien, car aucun produit ne sera constaté. Pour peu qu’ils aient cédé aux sirènes des unités de compte au plus mauvais moment, comme cela est généralement constaté.
La majorité des épargnants subit la faiblesse de rendement de leur fonds euros, sans agir. Il suffirait pourtant de prendre date auprès d’un contrat plus performant, et de transférer au fur et à mesure, via des rachats partiels, leur capital placé sur ce vieux contrat, vers le plus performant. Changer d’assureur est souvent recommandé, les plus mauvais contrats étant les plus souscrits. L’effet moutonnier pour les placements étant le premier des écueils. Ce sont, comme maintes fois répétées, les contrats d’assurance-vie distribués par les banques les moins performants du marché.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Fonds euros : les assureurs Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Fonds euros : les assureurs sommés de puiser... : à lire également

Performances 2023 des OPCI : du rouge vif
News

Performances 2023 des OPCI : du rouge vif

Sans surprise, les OPCI sont laminées. Après la chute des marchés financiers de 2022, la crise immobilière de 2023 aura sans doute donné un coup fatal à ce placement.

Fonds euros : les assureurs sommés de puiser... : Mots-clés relatifs à l'article